Les meubles

La création mobilière dans la production de l’Escalier de Cristal n’apparait qu’à partir de 1890 – à l’exception de la table de toilette de la duchesse de Berry conservée au Louvre.

Comme la majeure partie des ébénistes de la fin du XIXe siècle, les frères Pannier produisent une série de meubles imitant ou s’inspirant des créations du siècle précédent. Néanmoins, ce sont les meubles de création et inspirés par la mode japonisante qui attirent particulièrement notre intérêt.

Il paraît nécessaire de souligner l’importance de l’influence d’Édouard Lièvre dont certains dessins et modèles, vendus lors de sa vente après décès en 1890, furent acquis par les frères Pannier.

On constate aussi dans les carnets d’Henry la répétition de certains noms bien connus de la création japonisante française tels que Viardot ou Majorelle, ayant réalisés des modèles exclusifs de meubles pour le magasin.

Nous proposons ainsi de vous faire découvrir sur cette page les meubles de notre collection.

Escalier de cristal meuble

Dessin et mention dans le carnet d’Henry Pannier
Matériaux : Placage de palissandre, laque, bronze et cristal
Provenance : France, après 1890
Dimensions : H : 180cm, L : 86cm P : 45cm

Meuble au coeur en cristal

Ce meuble puise l’inspiration de sa forme dans l’architecture et le mobilier japonais. Il se compose d’un cabinet présentant un grand panneau en laque japonaise orné de motifs floraux et d’oiseaux de couleur or. Afin de rester fidèle à l’inspiration première, il ne s’ouvre pas de la même façon qu’une porte européenne mais de manière coulissante rajoutant ainsi un clin d’œil aux murs intérieurs des maisons traditionnelles. Le décor qui l’encadre se compose de dentelle de bois aux lignes rappelant également un vocabulaire ornemental extrême-oriental. Il repose sur un piétement aux côtés débordants orné au centre d’un cœur taillé dans du cristal et encadré de bronze doré. On retrouve également ça et là sur ce meuble des ornements en bronze doré notamment au dessus des pieds griffes et sur le fronton.

Escalier de cristal meuble

© Annick et Didier Masseau, L’Escalier de Cristal le luxe à Paris, Editions Monelle Hayot, 2021

Les pages 9-10 du carnet d’Henry Pannier nous apprennent que ce meuble a été réalisé par l’ébéniste Charbonnier en 5 exemplaires. Il est désigné comme suit : « Meuble panneau laqué à coulisse (Charbonnier) Tête griffes bronze, coeur cristal gravé au pied« .

Meuble étagère aux plaques et vase en cristal

Ce meuble formant une étagère est inspiré dans sa forme et son décor de l’architecture japonaise, on y retrouve notamment un fronton caractéristique orné de frises sculptées de motifs sino-japonisants. L’étagère se compose de huit plaques de cristal émaillé formant des portes ou des façades de tiroirs, ornées d’élégantes scènes animalières et végétales inspirées des estampes d’artistes populaires japonais tels que Hokusai (1760-1849). Elles encadrent un admirable demi vase en cristal, en saillie au centre du meuble, orné d’un aigle gravé également inspiré des estampes, il est agrémenté d’un couvercle en bronze doré et surmonte une tête de chimère également en bronze doré. On retrouve le motif de la chimère sur l’ensemble des décors en bronze doré : s’enroulant autour des deux montants sous le vase ainsi qu’au centre du fronton.

Cette étagère est une des pièces les plus importantes de la collaboration entre Henry Pannier et Gabriel Viardot. En regardant la production de G. Viardot on constate qu’il n’existe aucun autre meuble de connu à ce jour, outre ce modèle, où l’artiste utilise du cristal pour créer une forme de demi vase ou du cristal émaillé pour l’ornementation de la façade. Les bronzes d’ornement reprenant la forme de chimères, enroulés autour des montants ou menaçant comme c’est le cas sur le fronton, sont, en revanche, caractéristiques de la production de l’ébéniste. On peut donc en déduire qu’il y a eu des échanges d’idées entre Henry Pannier et Gabriel Viardot afin d’imaginer un meuble japonisant faisant preuve d’une créativité absolue.

Escalier de cristal meuble

Dessin et mention dans les carnets d’Henry Pannier
Matériaux : Bois, cristal émaillé et gravé, bronze doré
Provenance : France, vers 1890
Dimensions : H : 176cm, L : 99cm P : 39,5cm

 

Escalier de cristal corning museum

Gabriel Viardot pour L’Escalier de Cristal, Meuble étagère aux plaques et vase en cristal, vers 1890
Conservé au Corning Museum of Glass

Deux exemplaires connus

Le carnet d’Henry Pannier nous apprend que ce meuble est un modèle de Gabriel Viardot qui a été réalisé en 3 exemplaires. Il est désigné comme suit : « Meuble (mod.Viardot) plaques cristal 1/2 vase lobé aigle couvercle bronze chimères bronze enroulées aux colonnes support du vase tête bronze chimère bronze en haut ».
Aujourd’hui seulement deux exemplaires sur les trois produits ont été retrouvés, le notre ainsi que celui conservé au Corning Museum of Glass. Néanmoins, on constate de légère différences entre les deux  meubles. En effet, les deux portes du bas où figure un décor de paons et un autre de coqs, sont inversés sur les deux meubles. De plus, les motifs des frises sur le fronton ne sont exactement identiques.

Escalier de cristal meuble

© Annick et Didier Masseau, L’Escalier de Cristal le luxe à Paris, Editions Monelle Hayot, 2021

Extrait des pages 3-4 du carnet d’Henry Pannier

Escalier de meuble meuble

Signé « à l’Escalier de Cristal Paris »
Matériaux : Chêne, placage d’ébène, cuivre, étain, bronze doré, verre
Provenance  : France, après 1890
Dimensions : H : 166cm, L : 71cm P : 37cm

Meuble vitrine de style Louis XIV

Composé d’une vitrine en partie haute dans laquelle deux étagères en verre se détache sur un fond cramoisi, et d’un corps s’ouvrant à deux portes en partie basse, notre meuble est orné d’une reprise de la célèbre marqueterie Boulle rendue célèbre par l’ébéniste éponyme Charles-André Boulle (1642-1732). Très en vogue à la fin du XVIIe siècle, elle connaît un regain sous le Second Empire.
On constate la reprise de cette marqueterie sur les deux portes et sur les côtés de la partie basse, où un décor d’arabesques en étain poli et palissandre orne les façades. Les deux panneaux sont séparés au centre par l’imitation d’une colonne aux cannelures en marqueterie de palissandre et filets de cuivre, le chapiteau ionique est quant à lui sculpté en bronze doré. La colonne surmonte un mascaron finement ciselé en bronze doré. On retrouve l’emploi de cette matière dans chacun des angles de la façade prenant la forme d’une rosette carrée. La vitrine est elle aussi encadré d’une élégante frise de marqueterie. Enfin, les lignes droites de notre meuble reposant sur des pieds toupies, sont soulignées par des filets de cuivre.
En plus de porter la signature de la maison à l’intérieur de la porte, notre meuble figure aussi dans les carnets d’Henry Pannier sous la désignation « Petite vitrine L.XIV marqueterie Boulle chêne et filets cuivre »

Table à thé en vernis Martin

Arborant une forme classique pour ce type de mobilier de salon, la grande originalité de cette table réside dans son décor, réalisé en Vernis Martin. Cette technique fut inventée au XVIIIe siècle par les Frères Martin qui voulaient ainsi imiter l’aspect des laques japonaises et chinoises, à une époque où ces dernières étaient très rares en Occident. Après un relatif désintérêt dans la première moitié du XIXe siècle, cette technique revient au goût du jour, notamment avec l’avènement de la mode pour l’Extrême-Orient et les meuble de Louis Majorelle (1859-1926). Outre le décor en laque, les motifs décoratifs qui ornent les deux plateaux rappellent indiscutablement les répertoires décoratifs japonais et chinois : un couple de gallinacés est situé dans un décor de fleurs épanouies et d’oiseaux en plein vol se détachant sur une série de monts rappelant le Mont Fuji. Le plateau inférieur joue également de ce répertoire grâce à deux grues dans un paysage lacustre habité par des carpes Koï.

On sait grâce aux carnets d’Henry Pannier, que Louis Majorelle a réalisé quelques meubles pour l’Escalier de Cristal, il est donc très probable qu’il ait également réalisé notre table à thé caractéristique de sa production de meubles au décor japonisant.

escalier de cristal meuble

Étiquette «Maison de l’ Escalier de Cristal Paris Pannier Lahoche & Cie»
Matériaux : Bois et laque vernis Martin
Vers 1890
Dimensions : H : 81cm, L : 95cm P : 69cm.

L'escalier de cristal meuble

Étiquette au revers de la plaque de marbre : « Maison de l’ESCALIER DE CRISTAL PANNIER LAHOCHE & CIE 1 rue Auber & Rue Scribe 6 »
Matériaux : Noyer, bronze doré
Provenance  : France, après 1890
Dimensions : H : 99cm 

Sellette chinoisante

Cette petite sellette prenant pour inspiration les tables à encens chinoises a été réalisée en noyer et est garnie de médaillons de bronze doré. La tablette placée en entretoise présente un décor finement ajouré d’influence extrême-orientale. Au centre de cette tablette se trouve un médaillon de bronze doré, ajouré lui aussi, et montrant un décor d’inspiration chinoisante : un dragon et une tortue dans des nuées. Des grilles ajourées prennent également place au niveau de la
ceinture de cette sellette. Au centre de chaque grille vient se placer le même type de médaillon de bronze doré, ajouré et orné de motifs extrême-orientaux. La tablette de marbre est enchâssée dans le bois. 

Escalier de cristal étiquette

Petite table japonisante

Cette petite table estampillée « Lanneau » a été réalisée en bois noirci à l’extrême fin du XIXe siècle.

Nous ne connaissons pas beaucoup de la vie et du travail de Jean-Baptiste-Ange Lanneau (1824 – ?), si ce n’est que l’entreprise d’ébénisterie et de sièges a été fondée par Lanneau père peu avant 1855 et que la dernière mention au Didot-Bottin date de 1881. On sait aussi qu’il participe à l’Exposition Universelle de 1867 dans la classe 14 – Mobilier français et qu’il remporte une médaille d’argent pour des « meubles de genre grec et chaises légères » et « dont les sièges sont d’une forme à la fois originale et élégante. ». Puis à l’Exposition Universelle de Vienne en 1873, où il remporte une médaille du « bon goût ».

Escalier de cristal meuble

Estampillé « Lanneau »
Dessin et mention dans les carnets d’Henry Pannier
Matériaux : Bois noirci et laiton
Provenance : France, vers 1890
Dimensions : H : 90cm, L : 50cm, P : 70cm
Ancienne collection Marc Maison

 

Croquis_Henry_Pannier_EDC

© Annick et Didier Masseau, L’Escalier de Cristal le luxe à Paris, Editions Monelle Hayot, 2021

Notre table ne porte pas la signature de l’Escalier de Cristal, mais présente un profil caractéristique que l’on peut reconnaître  sur l’un des croquis des carnets d’Henry Pannier. Cependant, le nom de l’ébéniste ainsi que l’essence du bois indiqués ne correspondent pas. Par ailleurs, il est indiqué qu’il s’agit d’un modèle d’Édouard Lièvre. On y lit « Pied mod Lièvre avec bronze (Charbonnier) palissandre » et on constate qu’elle a été réalisée en 11 exemplaires.

Escalier de cristal meuble

Dessin et mention dans les carnets d’Henry Pannier
Matériaux : Bois doré et laque vernis martin
Provenance  : France, après 1890
Dimensions : H : 130cm, L : 160cm

Ecran de cheminée de style Louis XV

De style Louis XV reconnaissable à ses lignes tout en mouvement et les ornementations à enroulement de son cadre en bois doré, notre écran est original par l’utilisation du Vernis Martin pour le décor des faces avant. Cette technique fut inventée au XVIIIe siècle par les Frères Martin qui voulaient ainsi imiter l’aspect des laques japonaises et chinoises. Cependant, le décor qui habille les laques de notre écran reste fidèle au style Louis XV du meuble et illustre des scènes de pastorale dans des bois ombragés, plutôt qu’un décor inspiré de l’Extrême-Orient.

carnet

© Annick et Didier Masseau, L’Escalier de Cristal le luxe à Paris, Editions Monelle Hayot, 2021

Notre écran figure dans le carnet d’Henry Pannier (aux pages 33-34) où l’on apprend qu’il a été réalisé par Louis Majorelle en 5 exemplaires dont un pour la reine du Portugal et en petit et grand format. Il est désigné comme suit : « Ecran 3 panneaux vernis Martin, dos cuir mont bois doré L.XV (Majorelle) »

Appliques au perroquet de style Louis XV

Imaginées dans le pur style Louis XV nos appliques en bronze ciselé et doré présentent des lignes tout en mouvement faisant la part belle aux vide et aux pleins. Les trois bras de lumière, assemblés de manière asymétrique, sont formés par des feuilles d’acanthes enroulées et retenus par une niche grillagée aux contours chantournés. Cette dernière ornée de coquilles stylisées, de fleurs et de feuilles d’acanthe, sert de cage à un perroquet en porcelaine aux couleurs chatoyantes rappelant la production de la manufacture Samson. Ces appliques furent très certainement issues de leur production puisque les carnets conservés par la famille nous apprennent que les Samson ont travaillé pour l’Escalier de Cristal à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.
Cette dynastie de faïenciers était spécialisée dans la reproduction d’anciennes porcelaines de Saxe, Chine ou du Japon. La manufacture connaît un grand succès lors des Expositions Universelles de 1867 et 1889. Outre la fabrication et la décoration de porcelaine, la manufacture Samson disposait aussi d’un atelier de bronze pour leurs montures.

Escalier de cristal

Dessin et mention dans le carnet d’Henry Pannier
Matériaux : Bronze doré et porcelaine
Provenance : France, vers 1890
Dimensions : H : 97cm, L : 50cm P : 21cm

 

carnet

© Annick et Didier Masseau, L’Escalier de Cristal le luxe à Paris, Editions Monelle Hayot, 2021

Non signées nos appliques figurent néanmoins dans un des carnets d’Henry Pannier, sous la désignation « Applique LXV. Trois lum Perroquet chine sur un culot LXV. Niche feuillagée bronze doré (?) »

Escalier de cristal

Modèle attribué à Gabriel Viardot exclusivement pour l’Escalier de Cristal
Matériaux : Sycomore teinté, panneau de laque et bronzes
Provenance  : France, après 1890
Ancienne collection Marc Maison

Table japonisante

Cette table ne possède pas d’estampille, ni d’étiquette, il convient, néanmoins, de souligner la qualité d’éxécution. La choix des matériaux et la précision des sculptures sont caractéristiques de l’œuvre de Viardot qui multiplie les ornements sans jamais tomber dans la surabondance. Ainsi, notre table a très certainement été réalisée par Gabriel Viardot pour l’Escalier de Cristal. En effet, la qualité de réalisation, le grand raffinement du décor ainsi que le réemploi des mêmes ornements de bronze nous mènent à penser que ce meuble fut réalisé par le célèbre ébéniste à la demande de l’Escalier de Cristal. De plus, Viardot bénéficiait d’un contrat aux termes duquel il était fournisseur de certains modèles exclusifs pour l’Escalier de Cristal.

Cette attribution a été réalisée grâce à une étude comparative des bronzes d’ornements.

 

Promis, pas de spam !

Retrouvez-nous

120 rue des Rosiers 93400

+33 (0)6 60 62 61 90

contact@marcmaison.com

Copyright © Marc Maison | 2022

Politique de confidentialité